Une semaine de jeûne chez INTERLUDE

Le reportage et article ci-dessous a été rédigé par ma soeur, Sabine. Tentée de vivre un jeûne d’une semaine et très intéressée par le sujet, je lui ai cédé ma place ne me pensant pas capable de le faire. Je suis ravie de ce qu’elle a pu vivre et suis fière de pouvoir partager sur mon blog, son récit complet que voici.
______________________________________

« Le début du présent millénaire marque la période où les gens meurent davantage de suralimentation que de sous-alimentation » Dr. Stephan Rössner, créateur de l’Unité de l’obésité à l’Hôpital Universitaire de Karolinska, Stockholm.

Je suis une femme de 40 ans, en bonne santé, je pratique du sport quotidiennement et je suis très investie dans la santé par la nutrition. Au fil de ces 10 dernières années, je me suis beaucoup documentée sur les divers régimes alimentaires et sur la diététique bien-être, afin de vieillir en bonne santé et éviter autant que possible les maladies cardio-vasculaires, inflammatoires et dégénératives.

L’année dernière, j’ai entendu parler de ces personnes qui pratiquent une semaine de jeûne 1 à 2 fois par année afin de remettre leur organisme à zéro. Piquée par la curiosité, je me suis hâtée à la bibliothèque y emprunter tous les ouvrages disponibles sur le sujet. Je suis rapidement arrivée à la conclusion que, dans mes recherches pour une vie saine, il me faudrait quand même, un jour, expérimenter le jeûne. Cette année, j’ai donc pris mon courage à deux mains, et je me suis tournée vers le seul centre qui propose des cures de jeûne hydrique en Suisse: Interlude bien-être à Val d’Illiez. J’ai choisi de me lancer dans une semaine de jeûne avec randonnées et ateliers sur l’alimentation, parmi leurs divers choix de cure.

Voici comment j’ai vécu cette expérience, jour par jour:

J-5

Pour se préparer à entrer dans un jeûne, il ne s’agit pas, bien évidemment, de faire des gueuletons tous les soirs la semaine qui précède pour faire des réserves ;-) Interlude transmet à chaque participant un protocole de «descente alimentaire». On commence par supprimer, 5 jours à l’avance, les aliments d’origine animale, ainsi que café, thé, alcool, chocolat, sel et sucre raffinés. Le plus difficile pour moi c’est le sevrage du café: maux de tête et coup de barre commencent dès la mi-journée et ne me quittent plus pendant 2 jours. Le 3jour, tout mon corps réclame du café dès le réveil, je manque de céder à plusieurs reprises mais me reprends à l’idée de tout recommencer à zéro et d’en subir à nouveau les effets négatifs. A midi ça passe, je suis enfin libérée de ce fichu café. Quelle addiction tout de même…

J’ai pas mal d’appréhension, une semaine sans manger alors que le seul fait d’arrêter le café me provoque autant de tourments. Dans quelle galère me suis-je fourrée… J’aurais aussi bien pu laisser les résultats de l’expérience dans les bouquins…

J-2

Il s’agit maintenant d’éliminer les féculents et légumineuses. Uniquement des légumes et des fruits, éventuellement agrémentés d’herbettes, épices et huile végétale. Ca se passe plutôt bien, mon anxiété de ces derniers jours s’est envolée.

Sur les conseils d’Interlude, je fais une séance d’hydrothérapie du côlon la veille du départ afin de réduire les petits effets secondaires tels que maux de tête et nausée. Bien accompagnée par la thérapeute, c’est un succès, je me sens légère après la séance.

Jour J

Je me sens sereine le matin du départ. Je me réjouis de commencer l’aventure et de rencontrer mes futurs compagnons de galère ;-)

Je suis accueillie par la naturopathe qui me prend quelques minutes en consultation afin d’approfondir le questionnaire médical que j’avais rempli lors de l’inscription.

Je découvre ensuite le chalet, manoir valaisan appartenant à un Lord écossais – probablement cousin d’Harry Potter au vu de la décoration d’intérieur – et prends possession de ma jolie petite chambre de poupée qui me servira de refuge ces 7 prochains jours.

A 18h, tout le monde est arrivé, nous sommes une belle équipe de 11 femmes (pas un seul gars), préoccupées par notre hygiène de vie pour la plupart, ou désireuses de soigner douleurs ou maladies chroniques. On attend toutes avec un enthousiasme sans limite le bouillon de 19h. Quelle surprise de se délecter d’une soupe… sans sel! L’ambiance est bonne, nous rigolons et reprenons un 2e bol.

S’ensuit une séance d’explication de la naturopathe sur le jeûne, ses bienfaits et les différentes pratiques. On se quitte pour la nuit, de bonne humeur et sans oublier de nommer la responsable des croissants pour le déjeuner du lendemain :)

Jour 2

J’ai dormi comme un bébé, 9 heures d’affilée. Maux de tête au réveil mais pas de sensation de faim. Je démarre par une tisane, puis à 9h nous nous réunissions pour boire un jus de légumes dilué à l’eau pour éviter une crise de glucose. Sophie, notre bienveillante naturopathe, nous propose une séance de Do-In, pratique japonaise de différents massages pour éveiller et réchauffer notre corps. Rapidement nos jaquettes tombent. On se sent bien.

Nous partons ensuite en randonnée à la découverte du joli village très authentique de Val d’Illiez, puis passons par les bains thermaux afin que nous puissions nous orienter et y aller à pied depuis le chalet. La faim se fait cruellement sentir pour ma part. Je questionne les autres filles, ça semble ne pas être le cas pour elles. La météo est magnifique, je décide de m’installer sur une chaise longue pour une sieste au soleil, moment très agréable et qui surtout me fait oublier les grenouilles géantes qui chantent l’opéra dans mon estomac. Au réveil, jeu de société pour quelques-unes d’entre nous: on est tellement prises dans la partie qu’on en oublie presque le bouillon de 19h.

Durant la soirée, on approfondit nos connaissances sur le jeûne en visionnant un documentaire: passionnant! On y apprend que le corps humain est mieux paré pour vivre un jeûne que pour vivre en surpoids. Mais pourquoi ne m’y suis-je pas mise plus tôt??

Je vais me coucher assez tôt avec une forte migraine et la nausée…

Jour 3

Toute la nuit j’ai subi de fortes palpitations, nausée, maux de têtes et vertiges à chaque expédition aux WC. A 9h, toujours peu vaillante et surtout très inquiète, j’en parle à la naturopathe. Elle me rassure immédiatement, mon corps ne trouve plus de glucose et il panique, je suis passée par la fameuse « crise » du 3jour, un peu avant les autres, mon IMC (indice de masse corporelle) étant relativement bas.

Il semble que les symptômes de la «crise» sont assez forts chez moi, mais tout le monde ne les ressent pas forcément de cette manière, voire pas du tout. En questionnant les autres filles, je constate que la plupart se sentent faibles ce matin. Lors de la séance de Do-In, ça passe. Je me sens beaucoup mieux et je n’ai pas faim. Le reste de la journée se déroule paisiblement, 2h30 de balade puis nous partons toutes aux bains thermaux. Je tente le hammam, puis le tylarium et même le sauna. Je supporte tout très bien mais la sensation de faim est revenue. Je prends une petite cuillère de miel pour me réconforter, ça fait son effet, un vrai doudou jusqu’au coucher. Le soir nous participons à un atelier sur l’alimentation au cours duquel nous décortiquons les diverses familles d’aliments et apprenons quelles sont les bonnes et mauvaises associations, les synergies, de quoi reprendre une alimentation saine au sortir du jeûne.

Jour 4

Au réveil je n’ai pas faim, hourra! Je me dis que c’est gagné, enfin les grenouilles sont allées voir ailleurs. Je n’ai pas trop d’appétit pour le jus. Pendant la randonnée je me sens toutefois assez faible. Puis la faim revient, j’ai l’impression d’avoir un gros trou dans l’estomac. Je reprends une demi-cuillère de miel et fais une grosse sieste avant de soumettre mon corps aux mains expertes de Sophie pour un massage aux huiles essentielles. Une bombe de réconfort, un cyclone de douceur… J’en sors complètement apaisée, je plane pour le reste de la journée. Beaucoup de filles se sont senties faibles durant la journée et ont faim. Durant la soirée, on ne fait que parler nourriture, on s’échange des recettes et des conseils diététiques.

Jour 5

Au réveil j’ai faim et je suis faible. Un peu émotive en plus. Je crains de ne pas arriver à participer aux activités de la journée, mais au cours de la douce séance de pilates mon corps retrouve sa zone de confort, je m’apaise. Pendant la rando, je me sens faible en montée, je manque de souffle. J’ai perdu plus de 4kg. Je n’avais pas imaginé perdre autant de poids vu ma petite constitution. La naturopathe me propose de me tourner vers la mono-diète de pommes. Je décide de poursuivre le jeûne malgré tout : il ne reste que 2 jours et je veux absolument connaître tous les effets du jeûne, mener l’expérience jusqu’au bout.

Je me pose dans le jardin au soleil et en discutant avec les autres jeûneuses, toutes ressentent un manque d’énergie. Il nous tarde de connaître le moment où nous n’aurons plus faim et gagnerons en vitalité. Je savoure le bouillon de 19h avec grand appétit, cela dit, je suis une exception, de plus en plus de filles y renoncent ce soir.

Durant la soirée, nouvel atelier alimentation. Nous sommes passionnées, Sophie n’arrive plus à répondre à toutes nos questions. Motivées à bloc, on prépare nos listes de courses pour vendredi après-midi. Je vais me coucher le ventre creux…

Jour 6

Je me lève avec une énergie fulgurante et plus aucune sensation de faim. La séance de pilates me transporte. Nous partons pour la grande rando de la semaine, 4 heures de marche au programme. Je suis en super forme, le soleil nous accompagne, j’ai tous les sens en éveil et l’esprit clair. Je retrouve plaisir de la marche et vitalité dans les montées. Discussions passionnantes et animées avec les filles du groupe. Au retour, j’ai dans l’idée de faire une sieste avant l’atelier peinture, mais j’ai trop d’énergie et n’arrive pas à trouver le sommeil. Lors de l’atelier peinture, on s’emballe. Bien que nous ne soyons pas des artistes à la base, les résultats sont édifiants!

Dernier bouillon de la semaine, plusieurs font totalement l’impasse par manque d’appétit ou d’intérêt. Pour ma part, je le savoure toujours avec appétit.

Le soir on fait des jeux de société et on s’anime autour de discussions qui ne s’articulent plus uniquement autour de la nourriture ;-)

Jour 7

Dernier jour! Comme la veille, je me réveille sans faim et avec une bonne énergie. Dernier jus ensemble, on est un peu euphoriques. Hier soir, 4 filles ont annoncé ne pas reprendre l’alimentation aujourd’hui et vouloir poursuive le jeûne encore quelques jours chez elles. Ce matin elles sont 6!

Bien que je n’aie plus la sensation de faim, j’ai quand même bien envie de me remettre à manger. Avec un IMC qui est passé légèrement en-dessous de la limite inférieure, si je prolongeais le jeûne, je puiserais dans mes réserves. A midi, pour les 5 d’entre nous qui reprennent l’alimentation, nous découvrons la table d’Ali BaBa préparée avec amour par Sophie. Une succession de légumes colorés et fleuris, cuits à la vapeur douce: on s’en met plein les yeux! Puis on ose enfin défaire le tableau et porter la fourchette à notre bouche… explosion de saveurs.

La semaine qui suit

Au cours des 7 jours de remontée alimentaire, je redécouvre d’abord une symphonie de saveurs en dégustant lentement les légumes vapeur et les fruits, puis peu à peu les oléagineux, légumineuses, céréales et enfin café et chocolat. Je retarde encore un peu la reprise des fromages et viandes. Et j’espère ne plus toucher au sucre raffiné maintenant que le sevrage est fait, et après avoir bien pris conscience que c’est le véritable fléau de l’alimentation occidentale.

Conclusions

Je suis maintenant en mesure de faire la liste des bienfaits ressentis après cette cure, je précise à nouveau que je n’avais rien de particulier à soigner, ni de poids à perdre. Mon but était de vivre l’expérience, de nettoyer mon corps de ses toxines et d’enrichir mon bien-être, ma santé.

Une chose est sûre, je n’aurais jamais tenu le coup toute seule. Le fait d’être plusieurs dans la même barque rend plus fort. A chaque petit coup de mou, écoute, stimulation et consolation de l’équipe ne se font pas attendre. Sans oublier le suivi des professionnels qui nous encadrent. On va de l’avant tous ensemble, on ne laisse personne à la traîne. Comme le dit l’adage: seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin. Je suis témoin que cette formule fonctionne. Puis à la fin, cadeau inattendu: des liens se créent, on repart riche de nouvelles amitiés.

Durant la semaine sans nourriture, j’ai eu un sommeil profond et paisible, sans rêve, alors que mon activité onirique est d’habitude mouvementée. Dès le moment où j’ai recommencé à manger, mes nuits ont été à nouveau peuplées de rêves.

Ma peau est lisse, éclatante et douce. Plus de bouton ni plaque sèche. Cellulite nucléarisée ;-)

Mais le plus fort dans tout cela est cette sensation de paix, de calme intérieur, ainsi qu’une impression de grande clairvoyance. Je m’étonne encore à l’heure qu’il est de ma nouvelle aptitude à prendre des décisions rapidement, sans tergiversations et de manière objective. Moi qui étais toujours dans l’hésitation et dans la crainte de heurter les autres. Pourvu que ça dure! C’est pour moi le plus bel effet, et cela m’amène à la décision de poursuivre l’entretien de ma santé en pratiquant dorénavant le jeûne intermittent, 1 jour par semaine.

Merci à Interlude Bien-être pour son accueil, sa prise en charge ainsi que pour m’avoir permis de vivre cette expérience très enrichissante.

________________________

Interlude Bien-Etre
Val-d’Illiez
Séjour de 7 jours
Contact: +41 76 340 93 83

2 Comments

  1. Woaw quelle histoire! Je me suis toujours dit que je n’étais pas capable de faire un jeûne, grande mangeuse que je suis. L’histoire de ta sœur Sabine m’a touché et m’a presque motivé à tenter l’experience. En effet, je suis aussi vraiment convaincue que les sucres raffinés sont les pires démons de notre alimentation. J’avais d’ailleurs vu un reportage sur ce sujet : une famille ayant arrêter le sucre raffiné pendant 1 an… AUCUNE maladie pendant 1 an… hasard ? Je ne pense pas.

    Merci pour ce partage !

    • Je ne pense pas non plus.. J’ai aussi vu plusieurs documentaires au sujet du jeûne et il a vraiment de sacré vertus, il faut juste sauter le pas et le fait d’être encadré pour la première fois est à mon avis primordial.
      Merci pour ton commentaire Charlotte et si tu sautes le pas, n’hésite pas à me dire ce que tu en as pensé!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to site top